croquis_anti_queerMoi je ne suis pas queer, je suis une lesbienne féministe séparatiste, une fan de Scum Manifesto d'ailleurs, et je suis farouchement anti-queer comme devraient songer à l'être toutes les lesbiennes et féministes censées et comme le sont déjà toutes les lesbiennes séparatistes, comme l'est également une toute nouvelle génération de lesbiennes et de féministes radicales en Angleterre et aux Etats-Unis, pourtant nourries au queer mais s'étant vite démarquées de ce genre d'imposture là.

Je suis là pour éclaircir un point important, pour ne pas laisser amalgamer celles qui ne sont pour rien dans l'apparence débile et cependant malfaisante d'un certain féminisme contemporain ou du soi-disant lesbianisme politique d'aujourd'hui et vous informer mieux sur une vérité un peu camouflée de la gangrène queer, qu'il est cependant possible de découvrir en cherchant bien et tout est public. Internet est public.

A propos de ces queers, allez donc visiter la page d'Emilie Jouvet, une soi-disant lesbienne féministe, ce sera instructif, et explorez ses films (que je ne peux par contre reproduire ici) et ses amies et amis :

http://www.myspace.com/emyphotography

Evidemment ayant été active moi-même dans le début des années 80 dans un groupe politique lesbien féministe non-mixte, et ayant redécouvert le paysage "militant" actuel ou même l'état lamentable du féminisme et du lesbianisme politique, je suis mieux plaçée que peut l'être une jeune femme pour comprendre et être choquée de ce qu'est ce soi-disant nouveau féminisme ou ce soi-disant militantisme LGBTQIP etc... pour faire dans les sigles qui ne veulent plus rien dire, ou même parfois ce soi-disant lesbianisme politique radical en non-mixité qui peut tout aussi bien être un nid de queers déguisé.

J'ai été loin du militantisme pendant des années, comme beaucoup de lesbiennes anciennement actives au niveau militant, trop occupée avec le chômage ou à rejoindre des amies à l'étranger, ou juste trop focalisée sur ma vie privée, ce qui est une grave erreur car il n'y a pas plus important pour nous que de rester occuper la place politique.

Et quand je suis revenue à des occupations plus porteuses de sens, en prenant le temps de réfléchir, en décidant de reprendre modestement même toute seule au besoin le flambeau au niveau politique, quand j'ai vu qui étaient censé-es ME représenter, je me suis juste dit : JE REVE, QUI SONT CES ALIENS ET IL N'Y A QU'EUX EN PLUS ?


Sachez bien que les queers ont presque tout envahi, locaux, représentations, associations féministes, homosexuelles, ils en ont même créées de toutes pièces et même dans des coins paumés où plus une féministe ou un homo ne restait et ceci alors que le mouvement de masse lui se trainait (chômage, manipulation commerciale et rétrograde renforçée, disponibilité des amantes en dehors des lieux militants, droits déjà acquis, individualisme).

Ces gens ne sont pas du tout des homosexuels et encore moins des lesbiennes et encore beaucoup moins des féministes.

Il s'agit de la plus grande imposture et infiltration jamais opérée dans un mouvement féministe/lesbien réel qui a pu quand même durer 20 ans dans l'état original en influençant les masses.

Puis 20 ans d'infiltration queer ou de simple occupation du terrain laissé libre par le milieu commercial, la mixité et la propagande rétrograde et intégrationniste ont suivi.

Il faut que vous lisiez Sheila Jeffreys qui a analysé et dénonçé le phénomène queer.

Tout d'abord sachez que les queers sont les rois de la parodie (d'ailleurs le théatre, la performance comme ils disent, font partie de leur panoplie théorique).

Les queers femmes ne peuvent être que des bisexuelles au mieux, certaines et certains suivent les queers mais la plupart sont des manipulateurs eux-mêmes, à qui il plait de manipuler et d'être souvent payés pour, et puis ils se retrouvent entre copines/copains à force d'infiltrer.

Ils disent vouloir déconstruire on ne sait plus trop quoi et ils adulent le porno, bizarrement le phallus, les godes, les orgies, le SM, le porno, la prostitution, prônent la masculinisation des corps des lesbiennes, style s'arracher les seins et prendre de la testostérone, mais quelle lesbienne censée, même et forcément un peu masculine, voudrait faire cela, quelle lesbienne serait attirée par ce qu'elle n'aime pas???

Quelle féministe censée irait admirer des phallus, des femmes traitées comme des objets, etc..???

Et encore bien pire avec des trucs atroces pervers et sadiques...

Aucune !

Et pourtant ces macaques nous représentent, ils ont pu mettre dans leur poche quelques vieilles universitaires radicales corrompues et sur le déclin qui voulaient se faire autant de blé que Butler, puisque les queers se réclament aussi de Monique Wittig, je connais les noms maintenant, certaines sont publiquement pro-queer, d'autres me l'ont avoué en correspondance privée.

Je précise que les lesbiennes restées pour nous représenter (à de très rares exceptions non corrompues) faisaient toutes partie d'un petit gratin élitiste universitaire ou ayant un bon poste pépère dans l'administration ou les syndicats ou partis classiques et étaient pratiquement toutes radicales, et ont ainsi pu continuer à pérorer ou à gérer (mal) nos lieux pendant que le vrai féminisme et le vrai lesbianisme politique se mourrait (faute de lieux gratuits aussi, désormais entre leurs pattes et non plus auto-finançés par une cafétéria par exemple mais payants, pas accueillants du genre administration, subventionnés et peuplées d'autres femmes que des féministes ou des lesbiennes).

Et au fait pourquoi ces queers-là ont-il plein de pognon, c'est pas bizarre ?

Les vraies lesbiennes n'ont jamais eu d'argent...

Les véritables rebelles sont exclues facilement du travail ou juste de la sécurité et de la famille, et n'ont pas beaucoup d'argent.

Mais les queers eux ont beaucoup d'argent.

Il vient en effet de quelque part cet argent mais il est largement rentabilisé par la suite.

Bref, ils ont tout investi et sachez que leurs méthodes d'approche sont redoutables, ils peuvent même parfois prôner être anti-queer, j'ai ainsi failli m'allier à une jeune lesbienne qui tenait un blog apparemment très anti-mecs et anti-queer. Quelle erreur, ayant incidemment fait un google avec son email, je suis tombée sur sa page Myspace, pleine d'amis queers, satanistes, etc..

Mais j'y reviendrai.

Tenez, si vous lisez l'anglais, j'ai trouvé cette page Myspace qui explicite bien leur stratégie queer d'infiltration de nos milieux lesbiens féministes pour se foutre de notre gueule :

http://www.myspace.com/lockup_yourdaughters

Cette fille est dans le réseau très proche et est même une amie personnelle de la nana lesbienne soi-disant radicale et soi-disant anti-queer avec qui j'avais failli m'allier et qui semble vouloir infiltrer, elles et ses amies, et sans relâche ce qu'il reste de lesbiennes pures et dures, en usant des pires manipulations et fausses déclarations.

Ils peuvent changer leurs pages, et les changeront sans doute quand Google les mettra au courant que je suis au courant mais j'ai fait des copies d'écran, j'ai les preuves à disposition de n'importe qui.

Cineffable était un festival de cinéma lesbien et féministe pour des lesbiennes la plupart affirmées, féministes et lesbiennes indémodables, et fonctionnait très bien ainsi, son public est toujours à peu près celui-là car elles ne savent pas où se retrouver en non-mixte autrement, mais même Cineffable a pu être envahi, ce qui est une hérésie totale (il y a eu des protestations mais les queers avaient infitré les bénévoles en s'inscrivant en masse dans l'équipe) et Cineffable offre désormais 50 % de sa programmation en queer et transgenre (travelo), avec même Wendy Delorme la star du porno, une ex-prostituée depuis l'age de 15 ans (avec des hommes bien sûr), elle le dit elle-même, une adepte du SM aussi et qui couche gratuitement sur demande notamment dans les festivals porno (à condition que ce soit filmé ?)... mais bon elle couche avec d'autres femmes queers bizarres disons (prostituées ?) et des transgenres (comprenez des mecs), et elle se prétend lesbienne et féministe.

Mais il faut dire que la définition de la lesbienne selon l'ILGA, International Lesbian and Gay Association, envahie aussi par les queers est maintenant celle-ci :

Le terme « lesbienne » se réfère à toute personne qui s'identifie comme lesbienne, bisexuelle, butch, androgyne, gouine, trans, queer ou qui ne veut pas être identifiée du tout.

Des hommes, des lesbiens (les pires connards de machos donc) ou des prostituées avec d'autres prostituées (et certainement dans le déni ou sur ordre de leurs macs), ou des femmes queers le revendiquant pour le plaisir de la subversion de notre mouvement, nous qui sommes encore trop bien pensantes à leur goût, peuvent ainsi revendiquer leur lesbianisme, d'où la fausse impression de prolifération, surtout sur internet ou les gay pride (ouvertes d'ailleurs à quiconque).

Et ça c'est totalement insupportable pour les vraies lesbiennes et les vraies féministes qui se battent tous les jours pour juste survivre, alors si en plus on nous prend jusqu'à notre nom...

Les lesbiennes et les féministes seraient les premières à se lever contre un BORDEL généralisé, contre le sexe consommé par vidéo ou sur la place publique même (faudrait juste payer)...

Tss, tss, mais c'est pas bon pour le commerce et la consommation de sexe que ces féministes émancipent les femmes et même les hommes de ces choses-là, se disent les maquereaux, alors et peu importe si des femmes ou des gosses, des bébés même sont violés tous les jours par cette saloperie d'industrie officielle/mafia officieuse du sexe, du porno et de la prostitution, ils enverront leurs émissaires... Les queers pervers, une construction de ce milieu, des gens qui en proviennent ou sont achetés par eux ou à qui ils donnent leur chance, ont lançé leur grande offensive du pro-porno, pro-putes, et pro-travelos tutti quanti en nous infiltrant, en nous manipulant, surtout les jeunes bien sûr déjà sur-habituées à la non-mixité et des pressions sexualisantes et misogynes énormes, en nous faisant même croire que le sexe mâle est cool et que l'on peut aussi consommer du porno lesbien au pire.

Voilà la riposte des maquereaux et trafiquants de chair humaine et de vidéos !

Et c'est beaucoup de pognon en jeu, surtout que le même pognon est réinvesti dans les casinos, la drogue, la construction, les actions, les commerces, les politiques, etc, etc...

Mais les vraies lesbiennes, quand elles voient Wendy s'enfiler une pomme là où je pense, et même que c'est censé être hautement politique, elles partent en début de film et se disent mais c'est quoi cela, ce sont les jeunes qui aiment cela ? Pas du tout, ce sont les queers...

Quand elle voient une femme mal dégrossie et de toute évidence un trans ou un travelo avoir une histoire tellement romantique avec une femme et qu'on leur dit que c'est une histoire lesbienne, elles quittent la salle et se disent, mais ce sont mes lunettes ou on se fout de notre gueule ? En plus elles viennent pour des films politiques, pas des amourettes déjantées et encore moins du porno !

En réalité même les vrais transexuels, ceux qui vont jusqu'au bout (opérations) se sentent manipulés par les queers et commencent à le dire, ils n'étaient finalement pas les bons alliés pour eux.

En tous cas les films queers n'apportent rien de politique au niveau féministe, rien de poignant au niveau du vécu, rien d'intéressant.

C'est le genre de bizarreries un peu dégoutantes, à n'y rien comprendre que des gens totalement déconnectés pourraient éventuellement se divertir à regarder pendant qu'ils font eux aussi des trucs bizarres.

Comme le dit Sheila Jeffreys c'est l'industrie du sexe qui est derrière les queers avec des alliances un peu partout dans les milieux "libéraux" et universitaires.

Déjà qu'on devait aussi se farcir la propagande d'intégration réactionnaire de ressembler aux pubs Sveltesse et aux poupées Barbie et de faire des gosses et de se fermer sa boite, qui atteint même les lesbiennes, pub par ci, pub par là, ah quel bel achèvement que de pondre un mini-moi !

Les femmes à ce propos devraient mesurer l'impact parfois mortel d'une grossesse, car on peut en mourir, et l'impact très lourd d'élever un enfant surtout avec peu d'aides, et se soucier déjà du sens de leur vie avant de vouloir reproduire l'espèce déjà pléthorique (surtout en mâles) et tellement conformiste et malfaisante et avant d'adopter un animal de compagnie humain. Je suis contre ce genre d'achèvement irréfléchi au travers d'un autre être, animal, humain, et c'est valable autant pour les homos (qui font de bon parents !) que les hétéros encore plus réac.

Par ailleurs en étudiant de plus près les pages Myspace, en fait on retrouve souvent les mêmes personnes que celles qui influencent le "milieu" actuellement et sont à l'origine de certains coups d'éclat très médiatiques qui pourtant à priori nous plairaient - sans doute une façon de nous endormir et pour eux/elles de se forger une légitimité - mais qui ne font rien concrêtement de féministe autrement ou pour les vraies lesbiennes (On savait pour Act-up et les Panthères Roses, maintenant j'ai découvert que le collectif La Barbe est queer, les Tumultueuses aussi).

Le pire est que j'ai pu retrouver de très fortes imbrications sinon une identité entre queers et satanistes, libertins, pornographes, adeptes du sadisme... Accessoirement entre queers et anarchistes (qui se sont sans doute aussi laissés inflitrés), entre queers et adeptes du trash punk et du death metal. Sans parler de leurs amitiés pro-palestiniennes, avec les Indigènes de la République et pour les pro-voile donc pour une islamisation de la société et je ne pense pas que ce soit uniquement lié aux évênements réçents.

Je suis athée et ne suis pas effrayée par le diable mais par des satanistes, si, par des pro-islamistes aussi.

En regardant juste les pages Myspace des plus proches amies ou amis de ces soi-disant lesbiennes engagées et féministes engagées, j'ai été immédiatement en contact avec ce qu'ils appellent de l'art ou des mots vraiment insoutenables à regarder ou lire, du sadisme, de la violence lié au sexe, du sang, des membres coupés, des personnes attachées, tout cela mêlé à des images sexuelles...

Juste atroce.

Voilà les queers et leurs alliés dans un monde de l'hypersexualisation (on sexualise même la nourriture) et de l'individu esclave consommateur.

C'est le fric et des pervers dangereux derrière les queers et derrière le féminisme pro-sex, le fun-feminism, c'est l'argent de la mafia du sexe, en tous cas c'est pas nous.

C'est ce que je tenais à vous dire en tant que lesbienne féministe n'ayant rien à voir avec ces escrocs politiques et en tant que première victime de leurs escroqueries et impostures.

Au fait je les repère très vite maintenant pour pas perdre trop de temps: la couleur rose envahissante, ancien symbole des gays, flashy, et les mots genres en voici, en voilà, ou pro-putes, pro-trans, tout comme les images un peu trop dénudées ou avec trop de rouge à lèvre pour coller à qui nous sommes. Espérons qu'il y a des exceptions, moi j'aimais bien le rose avant, ben là oups...

Mais il va falloir désormais se méfier de tout le monde, comment ont-ils pu venir à bout de Cineffable par exemple, ou alors l'exemple évident de cette blogueuse qui osait prendre position contre les queers.

Infiltration et manipulation, hypocrisie poussée à l'extrême ne leur font pas peur...

Je vous invite à regarder cette page : http://www.myspace.com/loarbrezeliek, cette lesbienne allait déjà à la Hellfest en 2007, voir ses photos (un festival de musiques à connotation sataniste même si c'est qu'un festival..) et elle avait même Wendy Delorme dans ses amies Myspace, elle l'a effacée depuis que je lui ai demandé des explications fin octobre 2009 mais j'avais déjà fait des captures d'écran à l'époque tout comme maintenant et cela me fait de sacrées preuves avant que tout ne disparaisse.

Se pensant tranquille elle a laissé le reste qui est tout aussi instructif que Delorme.

Si jamais cela n'apparait plus évident, ou si les unes ou les autres ont changé leurs pages, demandez-moi, j'ai les images...

Toutes ces pages Myspace de personnes queers infiltrées dans notre communauté, la régissant même et parlant en notre nom, sont très instructives donc et de fil en aiguille j'ai découvert les affinités satanistes, sadiques dont je te parle (en plus de la perversité habituelle des queers) pour cela il faut explorer les pages des amis, c'est carrément sordide, et tout le monde se connait plus ou moins et j'ai découvert aussi des associations de lesbiennes en non-mixité ou de féministes que je n'aurais jamais imaginées en être et qui ont pourtant leur page d'amies ou de très proches amies à 100 % queers :

1) Je cite Les Bien Nées de Nancy : http://www.myspace.com/468735776, voir tout simplement leur page d'amies et aussi à un niveau infiniment plus subtil leur affiche pour une fête sur leur site en bas dans les commentaires, si vous vous intéressez aux symboles et signes cachés au plus grand nombre sauf des initiés (la pomme peut être utilisée comme symbole sataniste, surtout que la fille croiseles doigts dans l'affiche quand elle regarde l'autre fille, ce qui veut dire, je te mens, et le titre de la soirée est Highway to Elles, noter que pour une association non-mixte, la soirée est ouverte à tous).

2) Je cite le Collectif La Barbe : http://www.myspace.com/collectif_labarbe

Pour voir les amis et les commentaires, il faut aller voir tout en bas de la page, sinon on voit que du blanc... Elles ont beaucoup d'amis, ce qui est quand même instructif mais elles sont médiatisées, regarder surtout leurs amies proches et donc membres du groupe (séléction possible) et là plus aucun doute.

3) Je cite les Tumultueuses : http://www.myspace.com/feministes

Leur blog est là : http://www.tumultueuses.over-blog.com

4) Et le Collectif de lesbiennes radicales non-mixte Féministes Tant Qu'il Faudra, à Toulouse, voir : http://www.myspace.com/ftqf

Leur blog par contre fait l'impasse sur leur queerisme : http://www.ftqf.blogspot.com , elles sont apparemment liées à La Gavine qui a d'ailleurs disparu ou en tous cas essayent de la financer (même disparue ???).

Je pensais les collusions queers limitées à des échanges de bons procédés entre universitaires un peu planqués et hypocrites. Du genre entre certaines et Marie-Hélène Bourcier, on va pas se manger le nez puisqu'on se réclame toutes de Wittig, bla,bla,bla...

Mais il semble que la pourriture a pénétré bien plus profondément et est bien plus mauvaise que prévue.